Les villes les plus chères d’Afrique en 2022

Bangui, Libreville et Brazzaville sont classées dans le top 10 des villes les plus chères d’Afrique ! Se basant sur des indices tels que l’inflation des coûts des biens de services, l’instabilité des prix de logement, les variations de change, le 28 ème classement du cabinet américain Mercer Human Consulting a étudié la vie dans 209 villes du monde dont 44 africaines.

Le cabinet américain Mercer, filiale de Marsh & McLenann, cabinet américain leader mondial de conseil et de solutions en matière de gestion des risques, de stratégie d’entreprises et de gestion des ressources humaines, vient d’établir son classement 2022 des villes les plus chères au monde. Sorti au mois de juin, ce classement indique que plusieurs pays africains caracolent au top des pays au coût de vie élevé pour les expatriés.

Bangui, ville africaine la plus chère, de mal en pis

Bangui, la capitale de la Centrafrique, est passée de la 5e à la première place dans le classement des villes les plus chères d’Afrique pour les expatriés. Sur le plan mondial, elle passe de la 30e a la 23e place. Des contre-performances qui s’étalent sur près d’une décennie déjà, et qui provient de l’instabilité politique dans le pays. En effet, victime de la guerre civile depuis 10 ans, la capitale centrafricaine peine à renouer avec le développement, du fait des investissements de plus en plus rares. La guerre et l’insécurité font grimper les coûts des biens et services à Bangui tandis que l’investissement dans les secteurs porteurs de développement reste presque inexistant.

Libreville, la vie de plus en plus chère

Le coût de vie à Libreville, la capitale gabonaise, a toujours été des plus élevé en Afrique. La tendance à la cherté est plutôt en hausse, malgré les efforts du gouvernement à promouvoir l’investissement dans les secteurs productifs.

Libreville est passée de 3e ville la plus chère en 2021 à la 2e en 2022. Sur la scène mondiale, elle occupe la 23e place mondiale, contre la 33e à la dernière édition.

Gabonais comme expatriés doivent donc débourser gros, pour des services et produits pourtant deux à trois fois moins chers chez les voisins.

La principale raison à cette situation est l’insuffisance des infrastructures aux standards internationaux, et la cherté des produits alimentaires, car au Gabon, l’agriculture et le secteur agroalimentaire sont presque inexistants, ce qui contraint le pays à l’importation de la nourriture, du Cameroun voisin notamment.

Victoria, le prix du tourisme

Une légère embellie aux Îles Seychelles en 2022. Comparativement aux dernières éditions du classement des villes les plus chères d’Afrique, Victoria, la capitale des Seychelles, perd son titre de ville la plus chère (édition 2020). Elle est troisième en Afrique, et  38e dans le classement mondial.

Djibouti, de plus en plus onéreuse

Djibouti connaît une inflation remarquable ces dernières années, comme le démontrent les classements annuels Mercer. Parti du top 20 en 2019 pour la 11e  place en 2021, elle se retrouve à la 4e en 2022, le coût de la vie à Djibouti étant de plus en plus cher.

Kinshasa au 53e rang mondial

La capitale de la République démocratique du Congo peine à se relever du choc de la chute de sa monnaie, survenu depuis près d’une décennie. Un phénomène qui a engendré de fortes augmentations de prix des produits de grande consommation et des services. Couplé à la baisse des cours du pétrole, la vie est devenue de plus en plus chère. Partie du top 20 des villes les plus chères en Afrique en 2016,  Kinshasa est aujourd’hui en 5e position dans le même ranking.

Suivent dans le classement, Lagos (Nigeria), Luanda (Angola), Dakar (Sénégal), Abidjan (Côte d’Ivoire) et Brazzaville (Congo).

Plusieurs critères pris en compte

Pour établir son classement des villes les plus chères, Mercer, filiale de Marsh & McLenann, cabinet américain leader mondial du conseil et de solutions en matière de gestion des risques, de stratégies d’entreprise et de gestion des ressources humaines, passe au peigne fin les coûts et les disponibilités de plus de 200 biens et services : logement, transport, alimentation, habillement, divertissement, activités culturelles…

Pour cette édition, les enquêteurs se sont basés sur des données récoltées en mars 2022 au début de l’inflation mondiale, causée par la crise Russie-Ukraine qui a entrainé une flambée des cours des hydrocarbures et des produits agricoles, notamment des céréales et des oléagineux.

Des changements significatifs ont été notés au niveau du classement africain par rapport à ceux des deux années précédentes, dominés par N’Djamena (Tchad), qui sort du Top 10 pour se retrouver au 13e rang africain et 80e rang mondial.

Canicha Djakba