Digital Africa et Proparco s’allient pour lancer une gamme complète de solutions de financement pour l’amorçage des entreprises de la tech “Made in Africa”

Communiqué de presse
Le 30.06.2022

Dans le cadre de sa feuille de route 2022-2025, Digital Africa soutiendra 200 startups africaines à différents stades de leur croissance avec un large éventail d’offres à leur disposition. Grâce à une mobilisation conjointe et pérenne avec Proparco, de nouveaux dispositifs d’investissement et l’accompagnement sont mis en oeuvre pour soutenir les entreprises de la tech Made in Africa.

LE FOND FUZÉ, UNE NOUVELLE SOLUTION DE FINANCEMENT ADAPTÉ À L’AMORÇAGE DES START-
UPS D’AFRIQUE FRANCOPHONE

Convaincu que les innovations numériques ont un impact transformateur unique dans tous les secteurs de l’économie et sont un moteur de changement pour le continent, Digital Africa lancera en septembre le
fonds Fuzé. Ce dispositif répond parfaitement aux préoccupations des start-ups de la tech africaine en phase de démarrage, avec une solution de financement par palier et conditionnés aux progrès de l’entreprise. Cette approche centrée sur la réussite des entrepreneurs vise à créer l’effet de levier nécessaire pour passer le cap des débuts, autrement difficile à franchir sans soutien.
Grâce à ce dispositif unique sur le continent, les startups Tech africaines dont les besoins en phase d’amorçage oscillent entre 20 000 et 30 000 euros peuvent ambitionner aujourd’hui de trouver un financement auprès de Digital Africa, tout en recherchant des capitaux auprès d’autres investisseurs.
Ce programme FUZE et plus globalement le rapprochement entre Digital Africa et Proparco permet de proposer un continuum unique de solutions
de financement pour les startups africaines, de l’idéation au passage à l’échelle. Proparco accompagne depuis plusieurs années le financement des start-up africaines, que ce soit en direct ou via le soutien à
l’écosystème du capital risque et Digital Africa renforce cette offre pour accompagner encore plus fortement les startups au stade de l’idéation.
Stéphan-Eloise Gras, Directrice Exécutive de Digital Africa « L’amorçage est un des moments les plus excitants mais aussi les plus difficiles du parcours entrepreneurial en Afrique. Nous joignons nos
forces avec Proparco afin d’apporter des solutions concrètes à toutes les étapes et sur tous les aspects de la vie d’une start-up. Grâce à la technologie, les talents africains peuvent montrer au monde entier que
des produits et des innovations Made in Africa ont tout le potentiel pour devenir des références mondiales, porteuses d’une croissance durable.»

Françoise Lombard, Directrice Générale de Proparco «En rejoignant Proparco, Digital Africa renforce l’engagement du Groupe AFD en faveur de l’entrepreneuriat. Notre enjeu est d’offrir aux entrepreneurs un accompagnement complet à tous les stades de leur croissance. Avec Digital Africa, nous sommes aujourd’hui en capacité d’accompagner les entrepreneurs dès l’amorçage puis tout au long de sa
croissance. C’est une offre unique. »

LE FOND BRIDGE DE DIGITAL AFRICA A RENCONTRÉ UN TRÈS LARGE SUCCÈS.
Pour parvenir à relever les enjeux auxquels les startups sont aujourd’hui confrontées, Digital Africa a lancé avec Proparco le Fond Bridge qui offre une première capacité de financement aux entreprises « Made In
Africa » en phase d’amorçage.
Le dispositif a rencontré un très large succès :

257 candidatures reçues de 40 pays d’Afrique, 11 startups financées pour un total de 3,88m€ en quelques mois seulement.
Quelques exemples illustrent la stratégie de démultiplication des initiatives de Digital Africa dans le but de bâtir un écosystème vertueux et de repérer les futures licornes.

6,2 millions de dollars levés par ANKA, start-up ivoirienne de e-commerce dédiée aux créateurs africains.

31 millions de dollars lors d’un tour de financement levé par MAX, une start-up nigériane de mobilité durable.

28 millions de dollars levés par Poa Internet, une start-up kényane, amassant avec succès un total de 36 millions de dollars à ce jour.
Les entreprises de l’innovation, freinées dans leur croissance par l’impact de la crise sanitaire mondiale, ont pu s’appuyer sur ce fonds de cinq millions d’euros qui répond à leurs problématiques de financement,
renforce leur attractivité et crédibilité leur démarche.

Cette première capacité de financement avec l’aide de Digital Africa sur tickets allant de 175 000 à 600 000 euros consolide la croissance des startups en capacité d’effectuer des levées de fonds pour clore leur
phase de développement et passer celle de l’industrialisation. En créant un environnement rassurant, Digital Africa permet d’accélérer la maturité des startups et de renforcer la confiance de leurs investisseurs africains et mondiaux, pour accroitre l’ampleur des projets.
Stéphan-Eloise Gras, Directrice Exécutive de Digital Africa « Nous avons conçu le Fonds BRIDGE pour répondre aux besoins des start-ups africaines au moment d’une pandémie mondiale. Mais nous avons aussi perçu son utilité au-delà. Notre intuition était que davantage peut être fait pour combler le déficit de financement des start-ups, particulièrement les dispositifs de prêts. Il y a aujourd’hui une opportunité pour Digital Africa et ses partenaires européens de démultiplier les initiatives dans ce domaine et d’accélérer l’innovation “Made In Africa”».
DES FORMATIONS AUX MÉTIERS DU NUMÉRIQUE ACCESSIBLES À TOUS POUR AMELIORER L’EMPLOI DES START-UPS EN AFRIQUE FRANCOPHONE ET ANGLOPHONE

Actuellement, 280 jeunes du continent bénéficient d’une formation dispensée via un réseau de partenaiers locaux – écoles du code et bootcamp présents dans 11 pays – entièrement financée par Digital
Africa et ses partenaires, pour les métiers de data analyste, développeur informatique et de digital marketing.
Les 11 000 candidatures reçues démontrent l’appétence de toute jeunesse pour les métiers de la tech. Digital Africa s’est impliqué pleinement pour répondre à ces attentes et s’impliquera à nouveau en
répondant au plus près des exigences de cette nouvelle économie qui fait une part belle aux start-ups africaines.
Stéphan-Eloise Gras, Directrice Exécutive de Digital Africa « La tech Made in Africa, ce n’est pas que de l’argent, c’est aussi et avant tout des compétences nécessaires pour contribuer à créer des solutions
nouvelles aux problèmes des citoyennes et citoyens du continent, et d’ailleurs. Grâce à Talent4Startups, nous montrons notre capacité à écouter les besoins des entrepreneurs tech africains et à y répondre via
un réseau de partenaires structuré et uni autour des besoins en compétences de l’écosystème. »
Stephan-Eloise Gras (directrice exécutive de Digital Africa) présente au Président de la République Française Emmanuel Macron les sartups tunisienne GoMyCode et franco-ivoirienne ANKA, bénéficiaires des fonds d’amorçage Digital Africa.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

La rédaction vous conseille