Ecole e-learning ES.Maroc : l’accélérateur pour les associations d’Afrique francophone 

Avec notre partenaire Clipse, diffusion de communiqués en Afrique, découvrez l'actualité business du continent

L’ONG Soleterre et l’association ES.Maroc.Org sont à leur 7éme édition dans le cadre du programme dénommé « Ecole e-learning ES.Maroc et Afrique Francophone ». Les partenaires dans cette initiative ont pour objectif de professionnaliser le secteur associatif africain francophone et aider les acteurs à structurer et développer durablement leurs activités.

La septième édition de « École e-Learning ES.Maroc et Afrique Francophone » est désormais sur orbite. Depuis sa création il y a six ans, l’école en ligne, lancée dans un premier temps au Maroc avant de cibler le reste du continent, a permis d’accompagner gratuitement plus de 120 associations de sept pays d’Afrique francophone, pour les structurer dans les domaines financiers, techniques et sur les ressources humaines. Et cela en pariant sur des méthodes d’apprentissage en ligne et des outils digitaux faciles d’accès pour les formateurs et les utilisateurs.

Selon leurs initiateurs, l’objectif principal du programme est de muscler les capacités des associations œuvrant pour le développement durable, afin qu’elles parviennent à présenter leurs projets aux bailleurs de fonds nationaux et internationaux, publics et privés. Des formations sur mesure pour leur offrir les clefs et les outils pour renforcer leur capacité et ainsi booster le développement des territoires. Cette formation a également vocation à générer des synergies et partages d’idées pour l’ensemble des membres du réseau des acteurs associatifs, dans le but d’enrichir leurs pratiques professionnelles.

Pour Ismail Iftissen, président de l’association ES.Maroc.Org, l’objectif premier est d’apporter une solution adaptée aux associations en Afrique francophone qui éprouvent des difficultés à évoluer. « En Afrique, nous voyons beaucoup de personnes motivées faire du bénévolat dans des petites associations qui travaillent très bien. Mais elles n’ont pas les compétences nécessaires et l’encadrement pour les transformer en grandes associations, qui peuvent avoir un impact significatif. Souvent, les associations ne sont pas structurées, elles n’ont pas de salariés, d’équipements de base ni de compétences en matière de gestion », constate-t-il également.

À lire aussi:  « Tech African Women » : un coup de boost pour les startups au féminin

Meilleur projet subventionné

La formation intensive de trois mois est dispensée par des experts internationaux, et se base sur quatre axes fondamentaux que sont la rédaction de projets selon les critères et les exigences des bailleurs de fonds, la conception du plan de financement et gestion de la comptabilité, l’élaboration d’un plan de communication stratégique et, enfin, la mise en œuvre d’une stratégie de levée de fonds performante. Au terme de chaque programme de formation, un pitch est organisé pour permettre aux participants de défendre leurs micro-projets auprès d’un jury d’experts. Le meilleur projet associatif sera subventionné à hauteur de 5.000 euros.

Sonia Drioli, représentante de Soleterre au Maroc et en Afrique francophone, soutient, pour sa part, que sur le continent africain, les associations ont un rôle capital à jouer dans le développement durable des pays et des territoires. Et elle de poursuivre que les expériences acquises sur le terrain depuis une quinzaine d’années par les formateurs sont mises à profit pour permettre aux associations de se professionnaliser, mais aussi de se faire connaître. Ainsi, elles peuvent augmenter l’impact de leur action sur le terrain. Tout cela, via des solutions de e-learning mises en place depuis 2018. « La pandémie a vu l’émergence des moyens excellents pour raccourcir les distances, démocratiser l’accès à la formation et solliciter la réduction du Digital Divide ».

A savoir qu’ES.Maroc.Org est à la fois une association de droit marocain qui promeut l’innovation sociale et un incubateur entièrement dédié à l’accompagnement d’entreprises sociales de services innovants à fort impact et responsables envers leurs communautés. A travers un programme complet d’accompagnement personnalisé et sur mesure, conseils, formations, partage d’expériences, permettant de transformer des ambitions en projets de vie. L’objectif de l’association est d’encourager autant d’initiatives dont la particularité est de contribuer au renforcement local de la cohésion sociale et la création d’emplois. Ces initiatives sont portées par des entrepreneurs sociaux hommes et femmes, qui mettent leurs qualités entrepreneuriales au service de la résolution d’un problème social ou environnemental, en collaboration avec des organisations privées, publiques et la société civile.

À lire aussi:  « Tech African Women » : un coup de boost pour les startups au féminin

Quant à Soleterre, elle est une ONG fondée à Milan (Italie) en 2002. Elle se propose de promouvoir une culture de paix et d’application des droits de l’homme dans le but de permettre à chacun de mener sa vie dans les meilleures conditions possibles. Elle réalise différents projets et activités au bénéfice des sujets en situation de vulnérabilité dans le domaine sanitaire, psycho-social, éducatif et du travail. Elle intervient pour l’affirmation d’une culture de solidarité et adopte les méthodologies de partenariat et de co-développement pour promouvoir la participation active des bénéficiaires des projets dans leur pays d’origine et dans les territoires d’immigration, et assurer qu’ils soient efficaces et durables.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

La rédaction vous conseille