Les clés pour décoder un bilan financier

Gérer une entreprise, c’est connaître et maîtriser les aspects qui constituent ses forces et ses faiblesses, pour mieux orienter la prise de décisions. L’un de ces points névralgiques à connaître, c’est la comptabilité de l’entreprise, et plus précisément, le bilan financier de son affaire. Explications. 

Les éléments clés d’un bilan comptable

Le bilan financier d’une entreprise est la photographie d’une affaire à un moment précis, généralement en fin ou en milieu d’année. Il s’agit en gros d’un tableau de deux colonnes, où sont représentés d’une part les actifs de l’entreprise, et de l’autre, ses passifs. La colonne des actifs présente l’état du patrimoine de l’entreprise à la date d’arrêté des écritures, grâce aux ressources figurant au passif. Les rubriques de cette colonne vont du patrimoine le moins liquide (les immobilisations) en haut, jusqu’au ressources les plus liquides (les disponibilités en caisse) en passant par les stocks et les créances sur les clients
De l’autre côté de la colonne (côté droit), qui représente les passifs de l’entreprise, on a plutôt les sources de financement d’une affaire. Ses rubriques présentent la liste des ressources financières dont dispose l’entreprise à la date d’arrêté des écritures comptables. Le classement de ces valeurs est effectué de la plus stable dans le temps, en haut (fonds investis en capital par les actionnaires), à la plus exigible (dettes à quelques jours ou semaines), en passant par ce qui est encore dû aux banques, aux fournisseurs, aux impôts… et par ce que l’entreprise a gagné par elle-même : son résultat de l’exercice. Les ressources peuvent se décomposer en trois sous-ensembles :  les capitaux propres (capital social, réserves ou bénéfices accumulés et résultat, bénéficiaire ou déficitaire…) ; les provisions pour risques ou charges et les dettes (emprunts, dettes fiscales et sociales, dettes fournisseurs…).

Ces points indispensables à la bonne lecture d’un bilan

Le bilan financier est un document comptable élaboré par des experts en la matière. Le comprendre demande, au-delà des capacités à lire des chiffres, une aptitude pour savoir interpréter ces chiffres en langage des affaires. Voici entre autres les postes clés pour une lecture efficace.
Il y a d’abord le résultat de l’exercice sous revue. Il figure dans les capitaux propres au passif. Pour une société il s’agit du résultat net après impôts, que les actionnaires vont pouvoir se partager, s’il n’y a pas de pertes antérieures, ou laisser en réserves dans l’entreprise. Il permet de savoir si l’entreprise a fait un bénéfice net ou une perte nette pendant l’année écoulée.
Vient ensuite le report à nouveau. Il figure dans les capitaux propres au passif. S’il est positif, il correspond à un bénéfice, de l’année antérieure (ou des années antérieures), qui n’a pas été affecté en réserves, ni distribué sous forme de dividendes. S’il est négatif, cela signifie que l’entreprise a enregistré des pertes sur l’année antérieure ou sur les années antérieures.

Aux deux premiers postes s’ajoutent la situation de trésorerie, qui est égale aux valeurs mobilières de placement additionnées aux disponibilités moins les concours bancaires courants et soldes créditeurs. Ce solde représente le montant des liquidités dont dispose l’entreprise. Si le solde est positif, cela signifie que, globalement, l’entreprise a de l’argent disponible à la date d’arrêté du bilan. S’il est négatif, l’entreprise est à découvert.
Le besoin ou la ressource en fonds de roulement est aussi un autre poste clé d’un bilan financier. Il s’obtient en additionnant les stocks en valeur brute aux créances et comptes rattachés eux aussi en valeur brute, moins les dettes des fournisseurs et comptes rattachés. Si le solde est positif, il exprime le besoin de financement stable qui est nécessaire pour financer l’exploitation. Si le solde est négatif, il y a une ressource de financement stable dégagée par l’exploitation de l’entreprise. C’est par exemple le cas de grandes surfaces dont les clients payent rapidement alors que les délais de paiement aux fournisseurs sont longs. L’entreprise reçoit alors des liquidités des clients avant de payer les marchandises.

Il y a par la suite le fonds de roulement net global, qui est le résultat de l’addition des capitaux propres plus les dettes financières stables moins les emplois stables. Il représente l’excédent de ressources stables une fois que sont financées les immobilisations de l’entreprise. C’est lui qui doit couvrir le besoin en fonds de roulement. S’il n’y parvient pas, l’entreprise doit s’endetter.
Puis, vient l’actif net, qui lui, est égal à l’actif immobilisé plus l’actif circulant moins les dettes. Ce calcul permet de se faire une idée de ce que pourrait valoir l’entreprise. C’est ce qu’il resterait aux actionnaires si l’entreprise devait cesser son activité, vendre tous ses biens et rembourser toutes ses dettes.
Le ratio d’endettement fait également partie de ces postes à prendre en compte dans la lecture d’un bilan financier. Il s’obtient en faisant la somme des toutes les lignes d’emprunts divisé par les actifs. Si le ratio obtenu est supérieur à 1, cela signifie que les fonds amenés par des financeurs extérieurs à l’entreprise (souvent les banques),  sont supérieurs aux investissements des actionnaires. Au cas contraire, l’entreprise pourrait, théoriquement, encore s’endetter pour financer sa croissance.
Il y a enfin la rentabilité des capitaux propres, qui se calcule en divisant le résultat de l’exercice par les capitaux propres. Elle donne une idée de ce que rapporte aux actionnaires leur investissement financier dans l’entreprise.

Ce que tout actionnaire devrait regarder dans un bilan financier

Un actionnaire devrait porter une attention particulière à son bilan financier. Un actionnaire qui souhaite avoir des revenus réguliers, va s’intéresser à la politique de distribution de l’entreprise, alors qu’un actionnaire qui veut pouvoir récupérer très vite son bien pour le placer selon les meilleures opportunités va s’intéresser au potentiel d’appréciation de la valeur du titre. Selon ses intérêts dans une affaire, tout actionnaire devrait cependant regarder: l’équilibre financier entre le patrimoine stable qui figure à l’actif et les ressources stables qui se trouvent au passif; le besoin de financement lié à l’exploitation en regardant l’équilibre financier entre stocks + créances clients – dettes fournisseurs; la situation de trésorerie de l’entreprise (valeurs mobilières de placement + disponibilités  – concours bancaires courants et soldes créditeurs de banques);  le volume de l’endettement par rapport aux capitaux propres; le  bénéfice net ou une perte nette pour voir comment se l’exploitation, le financier et l’exceptionnel. Toutefois, il y a des éléments transversaux à prendre en compte pour une meilleure lecture de l’évolution d’une entreprise. Ce sont la comparaison des comptes sur les trois derniers exercices (années), la comparaison avec des entreprises similaires du même secteur économique et la prise en compte de la conjoncture. 

Canicha Djakba