Le Sénégal devient producteur de vaccins anti-Covid 19

Avec notre partenaire Clipse, diffusion de communiqués en Afrique, découvrez l'actualité business du continent

Grâce au financement de 75 millions de dollars que vient d’annoncer la Banque européenne d’investissement en faveur du pays, le Senegal compte mettre en place son unité de production contre la Covid-19 et la fièvre jaune notamment.

Plus que quelques mois, et le Sénégal fournira à l’Afrique une nouvelle usine de production de vaccin anti Covid-19. La Banque européenne d’investissement (BEI) a annoncé, dans un communiqué publié le jeudi 2 juin, l’octroi de 75 millions d’euros (80,6 millions de dollars) au Sénégal pour financer la construction d’une nouvelle usine de vaccins destinés à être utilisés dans l’ensemble des pays du continent africain. 

L’usine baptisée Madiba (Manufacturing in Africa for Disease Immunisation and Building Autonomy) devrait  entrer en production d’ici fin 2022. Selon les prévisions sénégalaises, elle devrait pouvoir produire jusqu’à 300 millions de doses de vaccin par an. 

Grâce à cette nouvelle unité de production de vaccin, les pays africains pourront considérablement réduire leur dépendance aux importations des pays occidentaux.

Pour une plus grande résilience de l’Afrique

Installée dans la  zone économique spéciale de Diamniadio,  à environ 30 km au sud de Dakar, la capitale du pays, l’usine devrait produire des vaccins contre la Covid-19, la fièvre jaune et d’autres maladies endémiques. De quoi réduire l’inégalité dans l’accès aux vaccins entre l’Afrique et les pays occidentaux.

« Il est impératif que nous construisions un écosystème florissant pour la production de vaccins en Afrique, afin d’atteindre le niveau de résilience dont nous avons tous besoin », a déclaré dans ce sens le directeur de l’Institut Pasteur de Dakar, Amadou Alpha Sall.

À lire aussi:  Ambition Africa : le rendez-vous business des entreprises françaises et africaines

Le décaissement annoncé par l’institution européenne fait suite à un premier intervenu en février dernier. De la BEI et de l’Union européenne (UE), le financement initial d’une valeur de cinq millions d’euros concernait la réalisation des études de faisabilité technique du projet. 

Canicha Djakba

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

La rédaction vous conseille