Afrique de l’Ouest : quels sont les incubateurs de startups qui font bouger la sous-région ?

L’Afrique de l’Ouest n’est pas en marge de la révolution digitale qui  s’accélère dans le monde.  Un peu partout sur cette partie du continent,  on peut voir l’éclosion de jeunes entreprises novatrices dans le secteur des nouvelles technologies. Pour mieux les accompagner, des incubateurs sont créés. Lesquels existent en Afrique de l’Ouest et font bouger cette sous-région ?  Zoom sur cinq d’entre eux.

Cipmen, pour la transformation de l’écosystème au Niger

Le Centre d’Incubation des Petites et Moyennes Entreprises (CIPMEN) est le premier incubateur de startups au Niger. Son objectif est de stimuler l’entreprenariat par l’accompagnement   technique de plusieurs startups du pays.
Selon le classement Doing Business de l’année 2020, le Niger occupe la 22ème place au niveau africain en termes de climat des affaires. Ce qui signifie qu’il y a des améliorations à faire au niveau de ce pays. Cipmen vise ainsi à booster l’entreprenariat dans ce pays.  L’opérateur mobile Orange appuie le Cipmen à travers son programme autour de la Responsabilité Sociale d’Entreprise (RSE). Il s’agit d’une expertise technique mise à la disposition de cet incubateur pour mieux coacher les startups nigériennes. Trois secteurs sont privilégiés par Cipmen, à savoir les technologies d’information et de la communication, les énergies renouvelables et l’environnement. Par ailleurs, il priorise dans ses actions la sensibilisation à l’entrepreneuriat en démontrant son impact sur l’économie.

MFriday, le laboratoire pour développer des applications

Fondé en 2011,  mFriday est l’un des meilleurs incubateurs à Accra, au Ghana. Il est spécialisé dans l’accompagnement de jeunes Ghanéens, étudiants ou non, qui souhaitent acquérir des compétences techniques dans le développement des applications mobiles.
Pour parvenir à cela, la structure organise de nombreux meetups entrepreneuriaux, où porteurs de projets et mentors essaient de répondre aux besoins locaux et régionaux pouvant être résolus grâce aux technologies mobiles.
Le transfert de savoir-faire techniques est au cœur de la mission de mFriday, qui dispose d’une communauté et d’un laboratoire pour les jeunes développeurs. Ceux-ci constituent des équipes et créent de nouvelles applications mobiles, de la phase expérimentale  au “go to market”, grâce à l’appui de plusieurs mentors. 

Mobile web Ghana, le hub technologique  

Avez-vous entendu parler de Mobile web Ghana ? Cette structure d’accompagnement pour les créateurs d’entreprise dans le domaine des nouvelles technologies se trouve également au Ghana. C’est un véritable hub technologique qui se porte vers trois axes fondamentaux, à savoir des services aux startups, le développement web et les projets Open data.
Considérée comme l’une des rares organisations à but non lucratif pour l’incubation des jeunes pousses, Mobile web Ghana (Mwg) est réputé pour ses formations cycliques tous les six mois et ses coachings au profit  des jeunes entrepreneurs. 

Dream Factory, le hub public d’innovation  

Situé à Abidjan, dans la capitale de la Côte d’Ivoire, Dream Factory est le premier incubateur public créé par l’Etat ivoirien en 2018.  Son existence traduit la volonté des dirigeants de ce pays à  soutenir les entreprises naissantes. Son rôle consiste à accompagner les jeunes entreprises, que ce soit sur le plan  de la formation, des recherches et de leur développement.  Ainsi, Dream Factory  peut se définir comme un centre d’innovation, de coaching, de financement et de réseautage.
Bien qu’étant public, le processus d’entrée à ce centre se fait sur appel à projet. Les startups qui vont bénéficier de l’accompagnement de Dream Factory sont choisies après une sélection. Celles qui sont admises au centre bénéficient d’une période d’incubation allant de 6 à 24 mois. Pour une synergie d’actions, Dream Factory noue un partenariat avec les centres d’incubations privés du pays.

Woelab, le centre-école

Woelab est considéré comme l’un des meilleurs centres d’incubation de Lomé, la capitale togolaise. Il a, à son actif, l’accompagnement de plusieurs jeunes entreprises spécialisées dans le domaine du numérique, le web et les Technologie de l’information et de la communication. L’incubateur se transforme parfois en école.  Chaque semaine, des enseignements gratuits sont donnés, par exemple sur le design, l’open source, la programmation informatique ou le prototypage.
Créé en 2012, l’incubateur est le premier fablab de ce pays et devient le lieu par excellence où se développent les projets innovants.  Il a accompagné plusieurs innovations qui ont connu du succès dans le monde. On peut citer en exemple la fabrication de la première imprimante 3D made in Africa  fabriquée à partir de déchets. 
Les structures d’accompagnement de startups dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest foisonnent. Même les pouvoirs publics reconnaissent leur importance dans le processus de croissance économique. En dehors de l’Afrique de l’Ouest, des incubateurs poussent en nombre dans les autres régions du continent africain. 

Materne Aguessy