Universités : le Top 10 des programmes de formation en ingénierie en Afrique (#2/2)

Les analystes mondiaux de l’enseignement supérieur QS Quacquarelli Symonds, ont récemment produit une analyse comparative sur les performances de 15 200 programmes universitaires individuels, suivis par les étudiants de 1543 universités dans 88 pays et territoires à travers le monde, dans 51 disciplines académiques et cinq grands domaines facultaires. Pour ce qui est du classement en offre de formation en ingénierie et en technologie, seuls deux pays figurent dans le top 500 des universités mondiales. En Afrique, ce sont l’Afrique du Sud et l’Egypte qui proposent les meilleures formations. Suite et fin de notre top 10 des universités africaines les plus cotées en matière de formation des ingénieurs.

5. Université de Pretoria, Afrique du Sud
Située au cœur de la capitale de l’Afrique du Sud, Pretoria, l’Université de Pretoria est l’une des plus grandes universités d’Afrique du Sud qui propose, selon les analystes du classement QS, « une impressionnante production en matière de recherche et d’engagement communautaire. L’UP est une université diversifiée et dynamique, à la pointe de la recherche en Afrique du Sud, qui répond aux besoins de la société en trouvant des solutions réelles aux défis réels.  Nous offrons un large éventail d’options d’études de premier cycle et de troisième cycle », renseigne le ranking.

4. Université d’Alexandrie, Egypte
En 1938, le noyau de l’Université d’Alexandrie a vu le jour sous la forme de deux facultés satellites de l’Université Fouad 1er. Il s’agissait des facultés de lettres et de droit. La faculté d’ingénierie a ensuite été créée en 1941. Anciennement connue sous le nom d’Université Farouk, l’Université d’Alexandrie est devenue une entité distincte en août 1952 avec de nouvelles facultés. Depuis lors, l’Université a connu une croissance et une expansion dans plusieurs domaines : le nombre de facultés et d’instituts supérieurs est passé à 30, toutes ou presque orientées vers la recherche scientifique, l’ingénierie et la technologie. Une panoplie d’offre qui en font l’une des références dans le domaine de la formation en ingénierie en Afrique.

3. Université de Cap-Town, Afrique du Sud
« Nous sommes attachés à la liberté académique, à l’érudition critique, à la pensée rationnelle et créative, et à la libre recherche », se prévaut l’université de Cap-Town. Des arguments pour soutenir cette position, l’université en a, le dernier étant son classement parmi les 400 meilleures universités proposant une formation de pointe dans les domaines de l’ingénierie et de la technologie. Sur la scène africaine, l’Université de Cap-Town est la troisième destination dans ce registre.

2. Université Ain Shams, Egypte
L’université Ain Shams a été fondée en 1950. Plus d’un demi-siècle plus tard, l’université a réussi à s’imposer dans le monde, parmi les meilleures offres mondiales de formation en ingénierie. En Afrique, elle est la deuxième meilleure offre. Avec ses sept campus, l’université propose des programmes de premier cycle et de troisième cycle. L’université Ain Shams se concentre sur le mélange des compétences théoriques et pratiques et sur le renforcement de la coopération entre les centres de recherche scientifique au niveau national et international.

1. Université du Caire, Egypte
La meilleure destination pour des études supérieures en ingénierie est l’Universitaire du Caire en Egypte. 134e au ranking mondiale des universités du récent QS universities ranking by subject, l’université offre ses services d’éducation et de recherche aux étudiants et scientifiques arabes et étrangers. L’Université du Caire a été créée en 1908 et compte actuellement 26 facultés dans plusieurs disciplines scientifiques pour environ 220 000 étudiants. Son leitmotiv se résume à « renforcer les capacités et les potentialités de l’université en développant ses ressources humaines et financières, ainsi qu’en améliorant les capacités académiques des membres de son personnel et de leurs assistants, afin de les préparer à l’ère de la science et de la révolution technologique ».

Canicha Djakba

Lire aussi: université : le Top 10 des programmes de formation en ingénierie en Afrique (#1/2)