Qui sont les plus jeunes ministres africains ?

La vieillesse des dirigeants en Afrique est un phénomène depuis longtemps décrié. Les jeunes réclament leur place dans la gestion des affaires de leur pays. Mais de plus en plus, ces revendications trouvent échos favorables. Il émerge désormais sur le continent, une génération de jeunes, parfois très jeunes dirigeants à la tête des ministères. Tour d’horizon des plus jeunes ministres africains en fonction.

Emma Theofilus, 23 ans, plus jeune ministre au monde

Emma Theofilus, 23 ans, a pris fonction le 24 mars 2020 en tant que vice-ministre de l’Information et de la Technologie en Namibie. Malgré le grand tollé que sa nomination a suscité au sein de l’opinion publique mondiale, la plus jeune ministre a déjà un an à la tête du ministère namibien.
La jeune femme, cooptée par le président Hage Geingob, est titulaire d’un Bachelor en droit de l’Université de Namibie et d’un diplôme en féminisme africain et étude de genre de l’Université d’Afrique du Sud.
Avant sa nomination, Emma Theofilus était employée en tant que juriste au ministère de la Justice où elle s’occupait de la rédaction de rapports sur les droits de l’Homme ainsi que de la mise en œuvre de la stratégie des droits de l’Homme de la Namibie. Activiste, elle a également été secrétaire de l’Organisation nationale des étudiants namibiens (Nanso) entre 2015 et 2017, ancienne maire adjointe de Windhoek (2013-2014) et, durant la même période, a siégé au Parlement des enfants jusqu’en 2015, en tant que vice-présidente puis présidente.

Yacine Oualid, ministre à 27 ans en Algérie

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a nommé Yacine Oualid ministre délégué chargé des startups le 2 janvier 2020. Né le 12 juin 1993 à Mascara en Algérie, le nouveau ministre n’avait que 27 ans au moment de sa nomination, et était le plus jeune ministre du gouvernement algérien.
Yacine Oualid est avant tout un startuper. En septembre 2019, il cofonde Smart Ways3, une startup dans le domaine de la logistique et de la géolocalisation. En décembre de la même année, il fonde Bright Solutions, une société informatique de premier plan fournissant des solutions et des services informatiques, dont le siège est en Angleterre. En juin 2016 déjà, il a créé SSH, une entreprise spécialisée dans les solutions cloud pour entreprises Universitaire, après des études à la faculté de médecine de l’Université de Sidi Bel Abbès, où il obtient son doctorat de médecine en 2018.

Amina Priscille Longoh, 29 ans, femme ministre au Tchad

Née en 1991, Amina Priscille Longoh est une humanitaire et femme politique tchadienne. Elle sert au sein du gouvernement tchadien en tant que ministre de la Femme et de la Protection de la petite enfance depuis juillet 2020. Elle n’avait que 29 ans au moment de sa nomination par l’ancien président feu Idriss Deby Itno. De quoi susciter l’étonnement, car en plus d’être toute jeune, elle est une femme.
Mais Amina Priscille Longoh n’est pas étrangère au domaine qui lui a été dédié. En effet, titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires de l’institut professionnel Wintech au Ghana, ainsi que d’une maîtrise en administration des affaires de Sup’Management, elle a  travaillé dans le secteur pétrolier pour Glencore de 2013 à 2018, avant de quitter l’entreprise pour se consacrer au travail humanitaire. En 2016, elle fonde Tchad Helping Hands, une organisation caritative qui se concentre particulièrement sur le soutien aux femmes et aux filles tchadiennes. Elle est nommée par le président Idriss Déby comme directrice de la Maison nationale de la femme en 2019. Elle est également commissaire à l’éducation pour l’Union panafricaine de la jeunesse.
À 29 ans, elle est la plus jeune ministre du pays aux côtés du nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports, Routouang Mohamed Ndonga Christian.

Routouang Mohamed Ndonga, 29 ans, ministre de la Jeunesse

Un ministre jeune pour résoudre les problèmes de la jeunesse tchadienne. Une équipe gouvernementale placée sous le signe du rafraîchissement et de l’entrée en scène de la jeunesse.
C’est ce sur quoi a misé le défunt président tchadien en procédant à son dernier remaniement ministériel en 2020. Le président tchadien a donc décidé d’injecter du sang neuf dans les rouages de l’Etat en confiant la responsabilité du ministère de la Jeunesse et des Sports à Christian  Routouang Mohamed Ndonga,  alors qu’il n’avait que 29 ans.
Le jeune ministre des Sports et de la jeunesse, très connu dans les milieux activistes, est aussi ingénieur en maintenance industrielle. Il est le cofondateur de la startup General Services and Constructions (GESCO. Sarl). Il est également directeur général par intérim du Global Entrepreneurship Network Chad. Christian Routouang Mohamed Ndonga est aussi coordonnateur national de l’Union Africaine des ONG de Développement, un réseau d’Organisations Africaines travaillant pour le développement en Afrique et Représentant du Club Afrique 2030. En 2013, il  a fondé « Protégeons l’environnement », une association dont l’objectif est de participer à la lutte contre les changements climatiques au Tchad.

Kirsty Coventry, athlète internationale, puis ministre à 35 ans

Kirsty Coventry est la plus jeune ministre en fonction au Zimbabwe. Elle a été nommée ministre de la Jeunesse, des Sports, des Arts et des Loisirs du cabinet du Zimbabwe en septembre 2018, elle n’avait alors que 35 ans. Assez-jeune, selon le contexte sociopolitique du pays. Sa nomination à ce poste est notamment liée à ses performances athlétiques. Kirsty Leigh Coventry Seward (née le 16 septembre 1983) est une ancienne nageuse olympique et détentrice du record du monde, et l’olympienne la plus décorée d’Afrique. Sur le plan sportif, après avoir été membre de la commission des athlètes du Comité international olympique (CIO) depuis 2013 et membre de son conseil exécutif depuis 2018, la ministre des Sports du Zimbabwe et double championne olympique de natation Kirsty Coventry a récemment été élue membre à part entière du CIO lors de la 138e session.

Abiy Ahmed, Premier ministre d’Ethiopie

Nommé Premier ministre de la République fédérale démocratique d’Ethiopie en 2018, alors qu’il n’avait que 42 ans, il n’a fallu qu’une année à Abiy Ahmed pour s’illustrer sur la scène mondiale. En 2019, le plus jeune Premier ministre d’Afrique obtient le Prix Nobel de la Paix « Pour ses efforts en faveur de la paix et de la coopération internationale, et en particulier pour son initiative décisive visant à résoudre le conflit frontalier avec l’Érythrée voisine », a indiqué le jury du concours.
Née en Ethiopie, Abiy Ahmed a participé à la lutte armée contre le régime communiste de Mengistu en Éthiopie et a ensuite servi dans l’armée éthiopienne. Il a étudié l’informatique, le leadership et l’économie, et a obtenu en 2017 un doctorat en recherche sur la paix et les conflits à l’Université d’Addis-Abeba. Militant politique de longue date, il a été élu au parlement éthiopien en 2010.

Canicha Djakba