Propriété intellectuelle en Afrique : le DG Ivoirien Denis Bohoussou reconduit à l’OAPI

L’organisation africaine pour la propriété intellectuelle reste entre les mains de Denis Bohoussou. Le Conseil d’administration  de l’OAPI, réuni le 1er juillet dernier, a décidé de le maintenir pour cinq nouvelles années. Une surprise au regard des tensions de gestion qui ont entachées son premier mandat.

Denis Bohoussou Loukou rempile pour cinq autres années à la tête de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), dont le siège se trouve à Yaoundé, la capitale du Cameroun. C’est sur son compte Twitter que le directeur général l’a fait savoir le 1er juillet. Le renouvellement de son mandat d’une durée de cinq ans était lié à un audit sur sa gestion financière. Son premier article s’est en effet achevé cette année sur une crise.

Denis Bohoussou Loukou a été suspendu, le 14 octobre 2021, par la présidente du Conseil d’administration, la Béninoise Alimatou Shadiya Assouman. Elle accusait le DG de malversations financières et de s’opposer à un audit qu’elle a commandé. Ce que le DG a toujours réfuté. Ce renouvellement du mandat laisse donc penser que ce dernier a été blanchi.

Après des passes d’armes entre les pays membres de l’OAPI au regard de cette situation, le DG a finalement été réhabilité dans ses fonctions. Par la même occasion, un Comité ad hoc de trois ministres (administrateurs) a été mis en place en décembre 2021 pour « l’apaisement du climat social ».

Au terme d’un conseil d’administration tenu le 13 mai à Ouagadougou, au Burkina Faso, il a été décidé de la révocation avec effet immédiat du Centrafricain Jean-Baptiste Noël Wago du poste de directeur général adjoint (DGA) de l’OAPI. Ce dernier avait illégalement assuré l’intérim du DG lors de la crise, selon le conseil d’administration. Dans la foulée, le même organe a autorisé le lancement de la procédure de recrutement d’un nouveau DGA.

Une organisation en pleine redynamisation 

Malgré la crise qui a torpillé le management de L’OAPI depuis 2021, l’organisation poursuit son fonctionnement. En 2022, afin d’inciter les marques à se protéger pour profiter de la Zone de libre échange continental africaine lancée en 2021, elle a mis en place plusieurs facilités.

L’OAPI a réduit de 10 et 20% le coût du dépôt des dossiers, a supprimé les pénalités à payer pour la rectification des informations et a lancé la digitalisation de ses services en ligne.

Institution panafricaine, l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle compte 17 membres. Elle est chargée de protéger de manière uniforme les droits de propriété intellectuelle sur les territoires de ces États, notamment par la délivrance des titres de protection des droits de propriété industrielle.

Canicha Djakba