“People First Podcast” : la voix aux jeunes talents !

Avec notre partenaire Clipse, diffusion de communiqués en Afrique, découvrez l'actualité business du continent
Lancement d'un nouvel épisode de "People First Podcast" qui donne la voix aux jeunes talents africains bénéficiaires de l'Africa Fellowship Program

Lancement d’un nouvel épisode de “People First Podcast” qui donne la voix aux jeunes talents africains bénéficiaires de l’Africa Fellowship Program de la Banque mondiale, un programme qui donne espoir aux passionnés de développement.

Lancé en 2013 et supervisé par le bureau de l’économiste en chef pour l’Afrique, ce programme sélectionne chaque année, une trentaine de jeunes sur la base de critères variés, y compris leurs compétences analytiques, pour une immersion dans le monde professionnel. Au cours d’une période de six mois, ces jeunes, principalement chercheurs, doctorants ou fraîchement diplômés, sont intégrés dans divers secteurs à Washington et dans les bureaux des pays, où ils participent activement au développement inclusif et durable de l’Afrique.

“De leurs candidatures aux résultats, plongez au cœur de leurs expériences, leurs défis et, par-dessus tout, leur passion partagée pour une Afrique meilleure”, a lancé la Banque mondiale sur les réseaux sociaux. A savoir que le programme à l’origine du People First Podcast” offre à de jeunes chercheurs, doctorants ou jeunes diplômés africains, l’opportunité de rejoindre l’institution pour six mois d’expérience pratique. L’objectif est de leur permettre de contribuer à des recherches et initiatives dans divers secteurs pendant cette immersion, et renforcer ainsi la mission de la Banque mondiale.

Chaque année, une trentaine de candidats sélectionnés pour plus de 3000 postulants au People First Podcast

Tous les ans, une trentaine de candidats seulement sont sélectionnés alors que plus de 3000 ont postulé. Ces jeunes partagent deux points communs : un talent pour l’analyse quantitative et une passion pour le développement. Ils viennent du Bénin, du Togo, du Cameroun, de la Gambie, et du Nigeria. En formation depuis janvier, ils partagent leur parcours et leurs impressions. Par la suite, une rencontre aura lieu avec un ancien lauréat maintenant employé à la Banque mondiale qui partagera son expérience.

Marius Affonfere scientifique béninois, spécialisé dans la nutrition humaine et science des aliments, fait partie des intervenants. Lui qui s’est donné une mission : améliorer la santé et le bien-être nutritionnel des communautés rurales. Ses travaux de recherche englobent la sécurité alimentaire, la nutrition communautaire, la politique alimentaire, la fortification des aliments et l’agriculture sensible à la nutrition. Il explique comment sa petite organisation traite de la question de la réduction des carences en micronutriments, en utilisant les ressources alimentaires locales.

Pour sa part, la Nigériane Oluwasey Ishola raconte comment elle assiste les responsables climat qui travaillent sur les CCDRs, c’est-à-dire les Rapports sur le climat et le développement des pays, du point de vue du genre. “Nous avons trois objectifs concernant la stratégie sur le genre, l’un d’eux étant la fin de la violence basée sur le genre, ainsi que l’amélioration du capital humain. Je me concentre plus particulièrement sur la mise en œuvre de cet objectif. Et je travaille également beaucoup avec les analystes de données”, a-t-elle notamment confié. Ce ne sont là que quelques exemples qui structurent cet épisode qui met en lumière un programme qui donne espoir aux passionnés du développement.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

La rédaction vous conseille