« Nous voulons que les voix africaines comptent dans les politiques publiques »

En 22 ans d’existence, le réseau d’études et d’enquêtes panafricain Afrobaromètre s’est imposé comme l’un des principaux fournisseurs de données statistiques indépendantes sur l’Afrique. La fondation Mo Ibrahim, la Banque mondiale, Transparency International, la Banque africaine de développement, l’Union africaine et plusieurs autres institutions, pays et entreprises s’y abreuvent constamment. L’objectif de l’entreprise : permettre aux citoyens africains de donner leur opinion sur les questions de démocratie et de gouvernance entre autres. Emmanuel Gyimah-Boadi, co-fondateur d’Afrobaromètre, nous en dit plus.

Makers.Africa : Sur quels domaines portent généralement vos enquêtes ?
Emmanuel Gyimah-Boadi :
Nos enquêtes comprennent un large éventail de questions standards que nous suivons dans le temps. Ce sont notamment la démocratie et la gouvernance, la corruption, la prestation de services, la performance du gouvernement, la performance des dirigeants, la pauvreté et les conditions de vie des populations, la participation politique et l’accès aux services et aux infrastructures. Nous incluons également dans chaque cycle un des sujets spéciaux liés aux questions émergentes comme la Covid-19, les migrations, les changements climatiques, la liberté des médias et les fake news, la mondialisation, la Chine en Afrique, la sûreté et la sécurité, la tolérance et la cohésion sociale, l’intégrité électorale, la fiscalité, la jeunesse, l’accès à l’information, l’égalité des sexes.

Quel objectif visez-vous avec ces études ?
E G.B : L’objectif principal d’ Afrobaromètre est de donner aux citoyens africains ordinaires une voix dans l’élaboration des politiques en recueillant leurs expériences, évaluations et perspectives et en diffusant largement les résultats auprès des décideurs politiques, des défenseurs des politiques, des organisations de la société civile, des universitaires, des médias, des donateurs et des investisseurs, ainsi que des Africains ordinaires aux niveaux national, régional, continental et mondial. Notre ambition est que les voix africaines comptent dans les politiques publiques et le développement pour une Afrique prospère. 

Quelle part du continent couvrez-vous ?
Nous avons mené des enquêtes dans 39 pays, dans toutes les régions d’Afrique. Nous effectuons notre travail de terrain par «  cycles » d’enquête, qui durent environ deux ans. Plus récemment, les enquêtes du cycle 8 ont été réalisées dans 34 pays entre août 2019 et juillet 2021. Nos résultats représentent les opinions et les expériences de plus des trois quarts de tous les Africains. Car, en 22 ans d’existence, nous avons mené à bien plus de 200 enquêtes auprès de plus de 330 000 personnes.

Vos enquêtes ont-elles eu un impact sur l’économie africaine depuis que vous les avez lancées en 1999 ?
Nos données et les perspectives analytiques qu’elles ont générées ont contribué à  rendre les processus politiques de développement économique et social de l’Afrique (élaboration des politiques, mise en œuvre des politiques, suivi et évaluation) plus fondés sur les faits ; à créer une base pour démocratiser les processus de politique de développement économique et social de l’Afrique en reflétant les voix, les préférences et les perspectives des citoyens ordinaires; à identifier l’étendue des défis tels que la corruption, et donner aux gouvernements les preuves dont ils ont besoin pour identifier les problèmes et les résoudre; à quantifier les disparités entre les sexes en matière d’éducation, d’accès à la technologie, de possession d’actifs et de pouvoir de décision, ainsi que d’autres lacunes qui doivent être comblées pour faire progresser le développement de l’Afrique. Bien plus, les activités de renforcement des capacités que nous menons ont permis de former une génération de jeunes spécialistes des sciences sociales et de défenseurs des politiques à la collecte et à l’analyse des données, ainsi qu’à l’utilisation et à la diffusion des résultats.

Comment les entreprises et gouvernants peuvent-ils utiliser les données que vous produisez ?
Les entreprises utilisent les données de l’AB comme une vérification indépendante, fondée sur des preuves, des indicateurs provenant d’autres sources qu’elles utilisent régulièrement pour informer leurs investisseurs et les décisions commerciales connexes. Par exemple, les données de l’AB peuvent fournir une « vérification de la réalité » des statistiques gouvernementales officielles, qui décrivent souvent les intrants tels que les budgets gouvernementaux et autres ressources techniques déployées pour résoudre un problème plutôt que les résultats, tels que l’accès du public aux services ou sa satisfaction à leur égard. Les données AB fournissent également un contrepoint populaire à l’opinion des élites ou des experts sur des questions telles que l’expérience de la corruption, la qualité des services ou l’étendue de la démocratie.
Un autre exemple est celui de l’indice de pauvreté vécue (IPV) d’Afrobaromètre, qui mesure les expériences réelles des citoyens en matière de privation de biens de première nécessité qui doivent être pris en compte parallèlement aux indicateurs macroéconomiques de niveau supérieur. Nous suivons non seulement l’accès aux services publics tels que l’électricité et l’approvisionnement en eau potable, mais aussi la qualité et la fiabilité de ces services.
Les données d’Afrobaromètre sont également utilisées dans la génération d’un certain nombre d’indices mondiaux tels que l’indice Ibrahim MO de la gouvernance africaine, le baromètre mondial de la corruption de Transparency International et les indicateurs de gouvernance mondiale de la Banque mondiale. Les données sont également utilisées pour des analyses de risque pays, ainsi que par des agences de notation et de prévision de crédit telles que l’Economist Intelligence Unit.

Quelles difficultés rencontrez-vous pour mener vos enquêtes ?
Presque tout ce à quoi vous pouvez penser. L’accès à nos répondants n’est presque jamais facile. Nos partenaires doivent se rendre dans les coins les plus reculés de chaque pays pour collecter les données. Ils doivent donc composer avec les défis logistiques divers. En outre, certains gouvernements sont plus ouverts et acceptent mieux les sondages d’opinion que d’autres. Dans les endroits moins réceptifs, nos équipes de travail sur le terrain craignent parfois des représailles de la part du gouvernement ou des autorités locales. Aussi nos cibles ont-elles souvent tendance à se méfier des motivations de nos enquêteurs, par peur de représailles, surtout lorsqu’il s’agit des questions politiquement sensibles. Mais nous veillons à protéger la confidentialité des personnes interrogées et, dans l’ensemble, nous avons constaté que la majorité d’entre elles sont disposées à partager leurs opinions, tant positives que négatives, sur leur gouvernement et leur vie.
Nous rencontrons parfois des résistances de la part des responsables gouvernementaux lorsqu’il s’agit d’accepter les résultats, en particulier lorsque ceux-ci sont jugés peu flatteurs ou politiquement défavorables. Enfin, il y a bien sûr le défi constant du financement. Nous avons eu la chance de bénéficier du soutien indéfectible de certains bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux, ainsi que de certaines fondations privées. 

Que pensez-vous des études sur l’Afrique ? Quelles sont les perspectives pour le secteur en Afrique ?
Même si le nombre de recherches a augmenté de façon spectaculaire au cours des deux dernières décennies, il faut cependant davantage de recherches sur l’Afrique. Mais le plus grand défi ou la plus grande lacune actuelle est peut-être de faire bon usage des données que nous avons déjà collectées et que nous continuons à collecter. Pour ce faire, nous devons continuer à renforcer les capacités et les compétences africaines requises, non seulement pour collecter efficacement les données, mais aussi pour les analyser et intégrer efficacement les résultats dans les processus politiques. Aussi faut-il davantage sensibiliser les acteurs politiques africains sur l’importance de disposer de données indépendantes, fiables et empiriques, en tant qu’outil indispensable à l’élaboration de politiques efficaces.

Propos recueillis par Canicha Djakba