Les écoles françaises à la conquête de l’Afrique

Ces dix dernières années, les grands instituts de formation en commerce et ingénierie  créent des campus annexes en Afrique francophone. Conscientes de la demande de plus en plus croissante en offre de formation sur le continent, en investisseurs visionnaires, ces écoles ne se contentent plus seulement d’attirer les jeunes africains vers les campus mères de France, elles se déportent désormais aussi vers les demandeurs. HEC, Insa, Centrale, Essec…, découvrez ces écoles d’ingénieur et de commerce proposant des campus en Afrique. 

L’Essec, un campus au Maroc 

L’École supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) est une école de commerce consulaire française, dont le siège est à à Cergy  en France. Créée en 1907, elle a longtemps formé des générations de dirigeants français, africains et même mondiaux, ce qui fait d’elle aujourd’hui l’une des écoles de référence dans la formation en commerce. Une renommée qui attire chaque année de nombreux apprenants, dont bon nombre d’Africains. En réponse à cette forte demande, l’Essec entreprend de créer un campus secondaire. Elle ouvre en 2018 son premier campus en Afrique. Baptisé Essec Afrique, ce nouveau campus de 6 000 m2 situé en plein ville de Rabat-Salé-Kénitra au Maroc, est doté de toutes les commodités  présentes dans le campus France. L’Essec du Maroc s’inscrit dans la stratégie de développement du secteur de l’enseignement supérieur au Maroc de même que dans une logique de développement à l’international, qui vise une présence sur chaque continent et des liens étroits avec les meilleures institutions académiques du monde entier. Elle propose entre autres des formations initiales et en continue, l’animation d’incubateurs et de centres d’innovation, la coordination des activités de recherche en partenariat avec des institutions académiques comme l’Ecole centrale de Casablanca, l’Université internationale de Rabat ou en l’Ecole Mohammedia d’ingénieurs. 

L’Ecole centrale de Lyon, en Afrique du Nord et de l’Ouest 

Fondée en 1857 dans un contexte d’industrialisation croissante de la France, l’Ecole centrale est l’une des plus anciennes grandes écoles françaises. Elle compte quatre campus en France, près d’une dizaine dans le monde de même que des collaborations avec des dizaines d’écoles d’ingénieurs. Elle dispense le diplôme d’ingénieur généraliste de même que le diplôme d’ingénieur ECL « spécialité Énergie ». Pour s’étendre davantage, l’Ecole centrale entreprend d’investir en Afrique. Elle développe des écoles à l’international sur son modèle de formation d’ingénieurs au Maroc en 2015, (l’École centrale Casablanca), puis à l’Ile Maurice en 2016 (Mauritius Campus de l’Ecole centrale), après celles de Pékin en Chine en 2005 et de Mahindra en Inde en 2014. L’École centrale de Lyon participe aussi à la rénovation de l’École supérieure d’ingénieur de l’Institut Houphouët-Boigny de Yamoussoukro en Côte d’Ivoire. Cette action est financée par l’Agence française de développement dans le cadre d’un contrat avec le ministère ivoirien de l’Enseignement supérieur et de la recherche. 

Paris Dauphines PSL, en Tunisie et au Maroc

L’Université Paris-Dauphine est l’une des premières université à avoir installé sa première sœur cadette d’Afrique du Nord à Tunis dès 2009, puis une autre filiale à Casablanca, au Maroc, en 2016 où elle a signé un partenariat avec l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P). Dauphine-PSL veut devenir un acteur de premier plan au Maghreb et au-delà, à travers son campus tunisien, ses formations au Maroc, et d’autres partenariats stratégiques en cours de développement en Afrique subsaharienne, a-t-elle fait savoir à l’ouverture des cours de la première promotion en 2020. 

Toulouse Business School (TBS),  campus ouvert au Maroc

Après les campus de Toulouse, Paris, Londres et Barcelone, Toulouse Business School (TBS) a inauguré lundi 15 mai 2017 son nouveau campus à Casablanca, le premier en Afrique. Les nouveaux locaux sont implantés au quartier d’affaires de Sidi Maârouf à Casablanca. Ce nouveau démembrement souhaite être un hub pour les étudiants des quatre coins de l’Afrique sollicitant de poursuivre des études de commerce à l’international.
« Nous partons du principe que nous ne pouvons pas, pour des raisons matérielles et pratiques, faire venir sur notre campus de Toulouse, des étudiants du monde entier. Donc, nous essayons de nous déployer et de nous développer là où cela fait du sens », avait alors expliqué François Bonvalet, directeur général de TBS, à l’inauguration du nouveau campus.
TBS dispose d’une triple accréditation Equis, Amba et Aacsb. Son ambition est de se positionner en tant qu’une « Business school internationale » avec des parcours multi-campus et d’ancrer sa marque dans l’environnement socio-économique et académique du Maroc. Elle ouvrira un sixième campus au Moyen-Orient. Le campus qui s’étale sur 3500 m², est composé d’une infrastructure comprenant 12 classes, une salle informatique, une salle de tutorat, un auditorium MBA, une salle lounge MBA, une médiathèque, une salle multimédia, deux salles de réunion, une salle lounge pour le personnel, un BDE, une cafétéria, une infirmerie et une salle de reprographie.

HEC, de la Côte d’Ivoire vers l’Afrique

HEC Paris est l’une des 7 meilleures écoles de commerce dans le monde. Pour davantage s’affirmer sur la scène mondiale, elle n’hésite pas ouvrir de nouveaux campus à travers le monde. En 2013, l’école a lancé, à Abidjan, le certificat d’enseignement supérieur des affaires (CESA) en management d’une unité stratégique. En juillet 2018, HEC Paris a ouvert un bureau de représentation à Abidjan pour renforcer sa position en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre comme le Bénin, le Cameroun, le Gabon, le Ghana, le Kenya, le Nigéria, le Sénégal et le Togo. L’objectif principal du Bureau est de développer les relations avec les entreprises locales pour soutenir l’activité exécutive Education d’HEC Paris, le placement d’étudiants et d’autres activités académiques. Il accueille une moyenne annuelle de 30 étudiants ivoiriens tous programmes confondus, une vingtaine de Nigériens, Béninois et Camerounais. Bien plus, 4 chapitres HEC Alumni au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Nigéria et Sénégal représentant plus de 500 Alumni sont recensés. HEC Paris développe ainsi en Afrique des programmes de formation pour les cadres du privé et du public.

Kedge, au Sénégal 

Le Sénégal est aussi l’une des plateformes éducatives du continent. Et dans ce pays aussi, les grandes écoles françaises implantent aussi des campus. La Kedge Business School, grande école de commerce française privée, y a ouvert en 2008 des programmes de formation en continue en collaboration avec le BEM de Dakar. Grâce à ces programmes, 270 étudiants y suivent une formation initiale dans le but de décrocher le Kedge Bachelor, le Master in Management ou l’International Management Program. Pas moins de vingt et une nationalités s’y côtoient.

Canicha Djakba