Ces nouveaux visages de l’excellence scientifique en Afrique

Ils se démarquent dans le monde à travers des prouesses scientifiques notoires. Ils sont nombreux et leurs recherches sont des plus percutantes. Makers vous fait découvrir cinq chercheurs africains, étoiles montantes de la science sur le continent et bien au-delà. 

Frédéric Ouattara, l’astrophysicien qui veut révolutionner l’agriculture depuis l’espace

Homme de science discret, le Burkinabé Frédéric Ouattara se révèle au monde le 18 décembre 2018. Au cours de la conférence de l’Union américaine de géophysique,  grande messe annuelle des scientifiques les plus brillants au monde,  Frédéric Ouattara se voit hissé au sommet de la science, lorsque l’Union lui décerne le Prix d’excellence dans la recherche des sciences de l’espace. Effectivement, c’est dans les sciences de l’espace que l’enseignant à la tête de l’Université Norbert Zongo de Koudougou au Burkina-Faso, développe ses compétences. Des compétences qui, pour l’instant, visent à apporter une réponse spatiale à la problématique des changements climatiques. « Entre 85 et 1000 km de la terre, il y a l’ionosphère et la magnétosphère qui sont perturbées par les actions du soleil. Notre objectif est de savoir quels sont les impacts du soleil sur ces deux couches là, et  qu’est ce qui peut être fait afin de regarder l’évolution du changement climatique dans le long terme à travers l’ionosphère », indiquait Frédéric Ouattara aux confrères de VOA Afrique, le jour de sa récompense aux Etats-Unis. Par sa recherche, il souhaite apporter une solution à l’épineux problème des changements climatiques qui plombent le rendement agricole de son pays. Le satellite d’observation scientifique de Frédéric Ouattara  sera capable de mesurer le couvert végétal, la pluviométrie et les ressources souterraines en eau afin d’évaluer l’avancée de la désertification.
Malgré les difficultés financières auxquelles il est confronté, Frédéric Ouattara a déjà réussi à installer la station au sol de Burkina-Sat1 et poursuit son rêve, celui de mettre en orbite le Burkina-Faso, en le dotant de son tout premier satellite.

Endawoke Yazengaw, le doyen des sciences aérospatiales en Afrique

L’étude de l’espace, il en a fait sa vie. C’est à cette science encore peu développée en Afrique qu’ Endawoke Yizengaw a consacré sa carrière. Une carrière des plus brillantes, au point d’être mondialement reconnue par ses confrères. En décembre 2018,  le scientifique d’origine éthiopienne s’est vu remettre la médaille Joanne Simpson pour scientifiques à mi- carrière. C’était au cours de la conférence annuelle de l’Union américaine de géophysique, organisation vieille de 100 ans et regroupant quelque 60 000 scientifiques répartis à travers le monde. Étaient alors reconnus sa contribution dans l’avancement de la météorologie spatiale et la promotion des sciences spatiales dans les pays en développement.

Ahzegbobor Philips, le spécialiste des sciences de la terre

Ahzegbobor Philips Aizebeokhai est d’origine nigériane. Il fait partie  du trio d’excellence de la recherche scientifique en Afrique, récompensé en décembre 2018 par l’Union américaine des géophysiciens. Cette année-là, le scientifique a reçu le prix d’excellence dans la recherche des sciences terrestres. Un domaine où il s’illustre à travers sa contribution à l’application des méthodes hydro géophysiques à la résolution des problèmes liés aux eaux souterraines et à l’environnement au Nigéria.

Ibrahim Cissé, l’explorateur de l’expression biomoléculaire

Ibrahim Cissé est un chercheur nigérien vivant aux Etats- Unis. Il s’intéresse au développement des méthodes de microscopie à super-résolution qui vont directement à l’intérieur des cellules vivantes et examine le comportement des biomolécules individuelles susceptibles de décoder le génome humain de l’ADN en ARN. Ibrahim Cissé a reçu de nombreux prix nationaux et internationaux dont l’un des plus récents lui a été décerné par la Ibrahim Cissé, le 29 mars dernier. Cette fondation qui promeut les prouesses scientifiques des jeunes chercheurs étrangers vivants aux Etats-Unis a récemment décerné au Nigérien, professeur à l’université Caltech, le prix Vilcek 2021, pour  le potentiel de ses recherches en sciences biomédicales. Cissé reçoit le prix pour son utilisation de l’imagerie biologique à super résolution pour visualiser directement le processus d’expression génétique dans les cellules vivantes et pour son application des sciences physique à la transcription de l’ARN afin de comprendre le comportement des biomolécules dans les organismes vivants. Il est par ailleurs l’un des lauréats de la dernière promotion du Next Einstein Forum, un rendez-vous bisannuel qui vise à promouvoir l’excellence scientifique sur le continent.

Aminata Garba, l’experte qui veut révolutionner les télécoms en Afrique

La scientifique nigérienne est une experte dans la modélisation des données pour les télécoms. Lauréate de la promotion 2017-2019 du Next Einstein Forum, elle a suivi une formation au Canada, à l’université Laval, et a  décroché un doctorat en génie électrique et informatique à l’université McGill, à Montréal, en 2009. Professeur assistante de la succursale de l’Université américaine Carnegie-Mellon, où elle dirige un centre de recherche collaboratif, l’experte en modélisation des données pour les télécoms, a conduit un projet scientifique sur l’internet des objets appliqué à l’irrigation de l’agriculture avec des outils peu coûteux et un système automatisé, sans internet. Par ailleurs, Aminata Garba milite pour le développement de points d’échange internet dans chaque pays d’Afrique pour éviter que les données à l’intérieur d’un même pays africain transitent par l’Europe et reviennent, via des prestataires qui se font rémunérer. Elle comprend intimement les limites des réseaux africains de télécommunications et suggère des modernisations à y apporter.

Canicha Djakba